01/06/2013

1.750.000 abeilles tuées en 30 minutes

  •  Il y a quelques jours, un apiculteur d’Hensies a perdu ses 35 ruches suite aux pulvérisations d’un fermier. Cela représente la mort d’environ 1 million 750.000 abeilles et plus de 10.000 euros de perte.12 A1 Disparition.JPG
 

Alors qu’il est chez lui, Monsieur W. voit un fermier pulvériser son champ. Ce jour-là, le vent souffle très fort et le produit se répand à travers toutes les ruches situées en bordure du champ. Quand le travail du fermier est terminé, l’apiculteur ne peut que constater la mort de toutes ses abeilles. « À peine 30 minutes après la pulvérisation, ses 35 ruches étaient mortes. Il ne préfère pas témoigner pour ne pas trop faire parler de lui mais c’est vraiment dur à vivre pour un apiculteur. Il vient perdre 50.000 abeilles par ruche. C’est très décourageant de se relancer après ça », explique Pharaïlde Michel, responsable de la Melliflor à Erquennes. Cette perte suscite bien sûr l’indignation de tous les apiculteurs de la région. En plus, le coût des ruches est inabordable pour les nouveaux ou ceux qui doivent recommencer. « On n’est pas encore sûrs du montant que vient de perdre M. W. mais on peut estimer ça à plus de 10.000 euros. Pour se relancer, il faut racheter une colonie. Les prix peuvent aller jusqu’à 250 euros et, même à ce montant, on n’en trouve plus. Heureusement pour lui, il a pu voir le responsable de la pulvérisation et agir vite », ajoute la dame. Quand un apiculteur peut prouver que ses abeilles sont mortes suite à une mauvaise utilisation de produits, il peut demander aux assurances de rembourser le dommage qu’il a subi.Ce 4 juin, un rendez-vous « Midis Santé » est organisé au domaine provincial du Bois d’Havré de 12h à 14h. Un spécialiste abordera les causes de l’effondrement des colonies d’abeilles et les moyens d’y remédier.

Source : La Nouvelle Gazette

Commentaire. Cancers, allergies, asthme, difficultés respiratoires... Ne cherchez pas ! Dans nos vertes campagnes, notre santé est sacrifiée sur l'autel du profit. Pas étonnant que les colonies d'abeilles installées en ville (Comme les ruches qui sont installées sur le toit de l'Opéra de Paris, au coeur de la ville) se portent mieux que les colonies d'abeilles qui survivent à Gerpinnes ou ailleurs dans les campagnes wallonnes.

Les commentaires sont fermés.