30/10/2012

Le dealer était un policier marocain. La police de Châtelet le pistait

Zone de Police AISEAU PRESLES/CHATELET/FARCIENNES

COMMUNIQUE DE PRESSE

La zone de Police Aiseau Presles-Châtelet-Farciennes vient de mettre fin aux agissements d’un trafiquant de stupéfiant.
Lundi dernier, le 22 octobre, les forces de l’ordre ont procédé à l’interpellation de deux suspects à CHARLEROI-Ville haute.
L’un des individus était pisté depuis plusieurs mois par les policiers de CHATELET.
En séjour illégal sur le territoire belge, l’intéressé âgé d’une cinquantaine d’années changeait régulièrement de résidence.
Localisé une première fois dans un studio de BOUFFIOULX, là-même ou d’autres personnes en séjour illégal avaient été victimes de tirs par arme à feu voici quelques mois, il s’est caché à CHATELINEAU où il avait repris ses activités illicites.
En avril dernier, lorsque les enquêteurs ont investit sa planque, l’intéressé avait visiblement déjà quitté l’endroit pour une nouvelle adresse.
Localisé dernièrement à GILLY, dans le quartier des quatre bras, l’individu avait une nouvelle fois fait l’objet d’une intervention mais avait manifestement encore changé le lieu de sa vente de stupéfiants.  Il avait pourtant gardé son point de chute à l’endroit.
C’est donc au centre de CHARLEROI que les policiers l’ont finalement localisé et ont procédé à son interpellation.
Lors de cette opération, le suspect a été trouvé en possession de 16 boulettes d’héroïne, de cocaïne et d’une somme de 700 Euros.  Il utilisait également deux GSM qui ont été saisis.
Dans la foulée, une perquisition a été menée dans le studio de GILLY.  Les indices retrouvés sur place ont confirmé les soupçons des enquêteurs.
En aveux sur son trafic, l’intéressé a été présenté devant le Juge d’Instruction en charge du dossier qui lui a délivré un mandat d’arrêt.  Il a été écroué à la prison de JAMIOULX.
Le suspect avait déjà fait l’objet d’une condamnation pour des faits similaires en 2011.
Il a avoué qu’il exerçait la fonction de policier au Maroc, son pays d’origine et alors qu’il y vivait.
L’Office des étrangers a également été informé de la situation du suspect.  Cette instance lui a délivré un ordre de quitter le territoire avec une interdiction d’y rentrer pendant 10 ans.

Les commentaires sont fermés.