24/09/2012

Un receleur interpelé par la police de Châtelet/Aiseau-Presles/Farciennes

Police 023_2.JPG

Zone de Police AISEAU PRESLES/CHATELET/FARCIENNES

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 INTERPELLATION D’UN RECELEUR

Dans le courant du mois de juin dernier, les services de la Police locale de Aiseau Presles-Châtelet-Farciennes avait mené à bien une opération anti-drogue dans le centre de Châtelet.
Cette opération avait abouti à l’interpellation de trois dealers.

Au cours de leurs surveillances et observations, les enquêteurs avaient également détecté un manège suspect impliquant un commerçant local. Les policiers avaient alors pu établir que certains toxicomanes commettaient des vols à l’étalage dans divers commerces du centre-ville et s’empressaient d’aller revendre leur butin auprès de ce commerçant.  Pourtant, l’activité exercée officiellement par celui-ci est sans lien avec la vente de denrées ou marchandises diverses. Les policiers avaient constaté, qu’une fois l’argent en poche, ces consommateurs de drogue se précipitaient chez les dealers surveillés pour acheter leur précieuse marchandise.
Fin de mois d’août, en possession d’un mandat de perquisition délivré par le juge d’instruction de Charleroi, les policiers se sont présentés au domicile de ce receleur qui exerce son activité commerciale à la même adresse.  L’individu était déjà connu des services de Police pour des faits identiques. En fouillant les lieux, les enquêteurs ont découvert une quantité impressionnante de bouteilles d’alcool, de champagne ainsi que des victuailles, des produits de nettoyage et une multitude d’autres objets de toute nature et d’origine douteuse.
Ce sont pas moins de 40 caisses que les enquêteurs ont rempli pour emporter la marchandise aux fins de vérification.

En aveux sur les faits qui lui étaient reprochés, le suspect âgé d’une quarantaine d’années a été privé de liberté et présenté devant le juge d’instruction. Après avoir été entendu, l’individu a été remis en liberté, dès le lendemain, sous certaines conditions.
Il a pu reprendre ses activités commerciales. Toute la marchandise emportée a été détruite ou déposée au greffe du tribunal correctionnel de Charleroi.

 

Les commentaires sont fermés.