02/04/2012

Ce que les Lovervalois ont vraimernt dit au ministre Carlo Di Antonio

10048 6.JPGLe ministre Carlo Di Antonio a rencontré les Lovervalois

       Charleroi est, de toute évidence, le parent pauvre et abandonné de la Wallonie. Mons, Namur,Liège sont des villes bien servies. Ce sont des agglomérations bien desservies par des autoroutes. Au sud de Charleroi,  - agglomération pourtant située sur l’axe Marseille-Bruxelles-Anvers-Amsterdam, - plus rien ! Pas de sortie sud digne de ce nom. Cette sortie sud existe pourtant bel et bien, mais sur les cartes, et ce que propose aujourd’hui le Gouvernement wallon aux Carolos, ce sont des cacahuètes.

         Les Lovervalois l’ont redit au ministre wallon des Tavaux publics Carlo Di Antonio venu se rendre compte sur le terrain: le projet « rikiki » inscrit dans la Déclaration de Politique Régionale de liaison « Ma Campagne »- R3 et de création d’une trémie au Bultia sur la Nationale 5 est une déclaration uniquement politique, une déclaration sans la moindre base de faisabilité technique. La DPR  ignore  les multiples études antérieures et ce projet de route à deux bandes est une réponse, déjà dépassée, au besoin actuel et futur car l’autoroute française point à la frontière près de Couvin.

          Les Français eux-mêmes s’inquiètent d’un projet sans envergure : « Le tronçon où l’autoroute se trouvera rétrécie sera invivable »  a récemment déclaré le président du Conseil Général des Ardennes françaises .

          C’est clair et net : ce projet va non seulement  appeler une intensification du trafic mais encore créer un  grave problème de santé publique à Loverval, dans un triangle de trois kilomètres carrés où s’entassent déjà écoles, quartiers peuplés, centre ADEPS et hôpital IMTR. Les Lovervalois l’ont dit au ministre : « Les projets de liaison Ma Campagne – R3 et trémie du Bultia doivent être suspendus dans l’attente d’une solution globale  assurant une liaison autoroutière se branchant largement au sud de Charleroi.

         Le ministre a rappelé que la mission qui lui avait été confiée était d’exécuter la DPG. Il fera rapport au Gouvernement wallon en ne manquant pas d’insister sur l’urgence.

J.M.10048 7.JPG10048 070.JPG

Les commentaires sont fermés.