29/02/2012

Un Aqualibi à Loverval ?

  004.JPG 

     Le projet de la Ville de Charleroi concernant le Centre de Délassement  de Marcinelle  a mis le feu aux poudres à Loverval. Un Walibi ? Un Aqualibi à Loverval ? Un Centre de Loisirs sur le site du Centre de Délassement ? Pas question  pour les Lovervalois ! 

        Une grande réunion des comités de quartier avait lieu à la salle communale de la rue Charon à Loverval pour discuter de la route de liaison Ma Campagne-R3  en projet et,  dans la foulée, les comités de quartier en ont profité pour demander au bourgmestre de Charleroi Ivan Massin de venir s’expliquer. 

       Celui-ci a été très clair. La Ville de Charleroi, propriétaire du site, avait deux possibilités : vendre le Centre de Délassement ou le mettre en valeur. La Ville a choisi de garder le site. Une étude a été réalisée par le Centre d’Ingéniérie Touristique de Wallonie sur les potentiels du site et sa valorisation. 

        « Nous voulons garder ce poumon vert de Charleroi et aussi lui conserver un aspect social avec libre accès, a dit Ivan Massin. Nous allons transformer la piscine et la rendre plus ludique. Quelque deux millions d’euros de travaux sont prévus pour ce faire. La salle de spectacle du Centre de Délassement deviendrait polyvalente ».  

        A cela viendraient s’ajouter d’autres aménagements comme un  centre de wellness, un parc d’hébergement d’un jour en petits modules, la remise à neuf du parcours Vita… Si le Centre de Délassement draine quelque 120.000 personnes en saison normale, on passerait à 200.000 visiteurs par an après ces aménagements. 

        Le bourgmestre Ivan Massin a mis les points sur les i : « Non, il n’y a pas encore d’appel à projet actuellement. Nous savons seulement qu’il y a des personnes intéressées à mettre en valeur le site dans un esprit de libre accès et de tourisme social. Nous voulons garder la qualité du site du Centre de Délassement ». Ivan Massin a répondu tout aussi fermement  aux différents intervenants qui évoquaient de possibles problèmes de circulation, de bruit et autres. "Nous mettrons des conditions très strictes" a dit Ivan Massin.

        « Wait and see », comme disent les Anglais. Attendons et on verra…

 

Commentaires

Juste une petite précision...Ivan est le frère d'Eric Massin....

Écrit par : Gobillon | 02/03/2012

Les commentaires sont fermés.