31/01/2012

Monseigneur Harpigny à Aiseau-Presles

10008 1 Monseigneur Harpigny à Aiseau.JPGAiseau-Presles. L’église Saint-Martin a 20 ans 

Monseigneur Harpigny a célébré la messe anniversaire 

        Monseigneur Guy Harpigny, Evêque de Tournai, dont le diocèse s’étend jusque Châtelet, Gerpinnes et Aiseau-Presles et plus loin encore dans notre région, est tout récemment venu à Aiseau célébrer, en présence des autorités communales et d’un très nombreux public de fidèles, membres de la communauté paroissiale et des paroisses du doyenné, une messe épiscopale pour l’anniversaire des 20 ans de l’église Saint-Martin. Il y a 20 ans, le 4 février 1992, c’est Monseigneur Jean Huard, évêque de Tournai, qui consacrait la nouvelle église Saint-Martin, la précédente église qui se dressait sur la place d’Aiseau s’étant effondrée, victime des dégâts miniers. Heureusement, on en avait interdit l’accès bien avant. Une exposition exceptionnelle du très riche patrimoine religieux de la paroisse, très rarement présenté au public, était 10008 2 Monseigneur Harpigny à Aiseau.JPGprésentée dans l’église durant deux jours avant d’être remis en lieu sûr. Monseigneur Harpigny  a rappelé  que, si les lieux sont importants, ce qui importe avant tout c’est l’assemblée, c’est la communauté des fidèles à un moment où le nombre d’églises est probablement trop important par rapport au nombre de ceux qui participent au culte. Dans son allocution, Monsieur Van Nuffelen, président de la Fabrique d’Eglise, remercia Monseigneur Harpigny, bien évidemment, mais aussi  les responsables communaux et surtout Marcel Dargent, bourgmestre socialiste, qui fut le moteur de la reconstruction de l’église Saint-Martin d’Aiseau. A peine arrivée au pouvoir, la majorité socialiste reconstruisait l’église et aussi l’école d’Aiseau. Ce furent ses deux premières réalisations.

J.M.  

10008 3 Aiseau-Presles Marcel Dargent.jpgMarcel Dargent : « Il aura fallu plus de 20 ans ». 

        « Quand nous sommes arrivés en 1989, ce dossier datait déjà de 30 ans. Depuis plus de 20 ans, l’ancienne majorité tentait de reconstruire l’église, nous a expliqué Marcel Dargent, bourgmestre honoraire. Il y a avait bien un projet, mais il n’a jamais été déposé. Dès le changement de majorité, je suis allé, avec Didier Stampart, secrétaire communal, à la Région wallonne, chez André Cools. Pas facile d’expliquer à un socialiste qu’il fallait reconstruire une église ! Mais quand j’ai expliqué dans que état la paroisse se trouvait, nous sommes sortis rassurés. Le dossier a encore du passer par plusieurs diverses étapes et un jour nous avons pu procéder  à la pose de la première pierre. Nous avons eu la chance d’avoir un surveillant des travaux exceptionnel en la personne de Joseph Vanex, conseiller communal à l’époque. Dans l’histoire de la reconstruction de cette église ne restent plus que Guy Dauvin et moi, comme membres du Conseil communal, qui ont suivi le dossier ».

J.M. 

10008 4 Guy Dauvin.jpgGuy Dauvin : « L’église était une ancienne salle de bal ». 

        « Tout est venu de la pression de la population. C’est vrai que rester trente ans sans église, c’est beaucoup.  Je me suis marié à Aiseau, mais à l’époque l’église était une ancienne salle de bal. Qu’on reconnaisse la communauté chrétienne et qu’elle ait son lieu de culte est normal et même fondamental pour nous. L’église et l’école, ce sont les deux premières choses que nous avons réalisées quand nous sommes entrés dans la majorité. 20 ans après, nous pouvons en être fiers. C’est une belle réalisation ».

J.M.10008 5 Monseigneur Harpigny à Aiseau.JPG

Commentaires

Heureusement que c'est "NOTRE" mayeur qui est à l'avant-plan pour rappeler toutes les batailles menées et gagnées à l'époque.

Écrit par : Thiebaux | 31/01/2012

Les commentaires sont fermés.