19/01/2012

L'Echevin de l'Urbanisme se fâche...

        « Je suis avec tout le Collège communal, avec tous les Lovervalois et l’ensemble des Gerpinnois pour mettre tout en œuvre pour que le projet (par Loverval) ne voie jamais le jour. Il est tout à fait inconcevable d’envisager de rabattre le gros du trafic véhicules sur une route à deux bandes qui viendrait de surcroît couper une nouvelle fois  en deux le village de Loverval, après la N5 existante, et dénaturer le paisible quartier des Morlères ».

        Et l’échevin de l’Urbanisme de Gerpinnes de rappeler que la problématique de la sortie sud de Charleroi s’inscrit dans la cadre d’un projet européen reliant Amsterdam à Marseille et que, dès lors, l’approche doit être envisagée sous forme de transit autoroutier et non par le biais surréaliste d’une route à deux bandes. Pour rappel, cette autoroute existe en pointillé sur les cartes depuis plus de 30 ans.

         « L’augmentation annuelle de plus ou moins 2,4% du trafic, 9999 1 Alain Struelens.JPGainsi que les nouvelles prévisions résultant de l’ouverture du tronçon français et de l’inauguration du contournement de Couvin ne peuvent être traitées que par un axe autoroutier, insiste Alain Struelens. Toute autre formule visant à morceler le territoire sera rejetée. Telle est en tous cas ma position et celle que je défendrai devant le Collège communal de Gerpinnes ».

         L’échevin de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire Alain Struelens a réagi aux récents articles évoquant un contournement de la Nationale 5 par Loverval.

         « S’il est exact que le ministre ait chargé ses services d’étudier la faisabilité de 3 tracés par Loverval, nous sommes toujours, au niveau du Collège communal de Gerpinnes, sans la moindre information relative à l’évolution de ce projet, explique Alain Struelens dans un communiqué de presse. Les seuls éléments qui nous parviennent le sont par les méfias. Etonnant, non ? »

         Alain Struelens, qui est également habitant de Loverval, s’insurge  contre la méthode utilisée et regrette que l’entité de Gerpinnes ne compte pas de parlementaire à Namur qui pourrait défendre, au mieux, les intérets  de tous les citoyens gerpinnois.

         « Pour le moins, je souhaiterais connaître la position du ministre quant au projet de trident qui était jusqu’à présent proposé et qui permettait au moins répartir équitablement cet énorme transit de part et d’autre de la N5 ».

Les commentaires sont fermés.